Autour du marché du lavoir

Initiative et groupe local de réflexion vers une SSA
Organisation d'un marché en vente directe avec possibilité de prix différencié
  • Structure porteuse : Multiples - initiative et groupe local de réflexion vers une SSA
  • Territoire d’expérimentation : Dieulefit et communauté de communes alentours
  • Adresse : 26220 Dieulefit, France Auvergne-Rhône-Alpes

Description des activités

Première étape concrète : un marché de plein vent, vente directe d’un producteur bio/local, avec 3 prix : prix du maraîcher (couvre les coûts de production et un revenu décent), prix accessible (-30%), prix solidaire (+30%); que les clients choisissent en conscience. Marché localisé dans un ancien lavoir désaffecté, au cœur d’un quartier avec une population mixte. Démarré le 15 septembre.
L’excédent ou la déficit du marché (par rapport à si tout était vendu au prix maraîcher) n’est pas géré par le maraîcher. Il alimente un coffre physique, la caisse alimentaire, qui doit permettre de pérenniser le dispositif au fil du temps. Cela génère des discussions et un moment de convivialité autour du marché.

Associé à une quadruple dynamique :
– sensibilisation/mobilisation de la population, via des outils d’éducation populaire : arpentage de livres (ex. Reprendre la terre aux machines) et fonds documentaire (BD) sur la thématique, projections-débat (La part des autres, La sociale, etc.), enquêtes de co-conscientisation autour de l’alimentation, ateliers sur le prix de l’alimentation.
– fédérer les acteurs locaux de l’alimentation autour de la SSA : comment chacun peut décliner le principe de SSA dans son activité, développer des projets communs, etc.
– projet de recherche POPSU territoire sur la résilience alimentaire : diagnostic et enquêtes, restitués sous forme de podcast sur la radio locale, travail sur le récit, pour déboucher sur la co-construction d’une stratégie de résilience alimentaire.
– définition en cours d’une politique publique d’équipement : projet de mutualisation d’une cuisine centrale pour les repas distribués en cantine scolaire et en cantine populaire ou encore en livraison (avec système solidarité prix, etc.), unité de transformation mutualisée, etc.

Historique du projet

Camille Perrin, très intéressée par le travail de Bernard Friot et de l’histoire de la sécu depuis 10 ans (découvert via conférence gesticulée Franck Lepage sur le travail et décryptage de la fiche de paye) et convaincue que la révolution anticapitaliste réside dans ce fonctionnement (cotisation+caisse locale). Elue depuis juillet 2020 à Dieulefit, au sein d’une liste citoyenne pour la transition sociale et écologique, majoritaire (19 élu·es sur 23). Déléguée à l’alimentation, a impulsé un accompagnement de la commune par Les Greniers d’Abondance pour définir une stratégie de « résilience alimentaire ». Contrariée de la politique actuelle de la commune de soutien à l’aide alimentaire traditionnelle. Envie de porter un projet transverse de démocratie alimentaire.

Rencontre avec Mathieu Yon, maraîcher installé à Dieulefit début 2021 avec le soutien de la mairie pour mise en relation et bail rural. Membre de la Confédération Paysanne. L’idée en arrivant à Dieulefit était de trouver un territoire dont le terreau était fertile pour une initiative d’abord autour de la résilience alimentaire. L’idée était de se dire qu’à l’échelle d’un territoire comme celui-ci, nous pouvons impulser avec d’autres des dynamiques et des actions concrètes. Être résilient, ce n’est pas seulement avoir quelques producteurs locaux dont les produits ne sont accessibles que pour quelques-uns (marché de niche). C’est aussi et surtout rendre l’alimentation locale et de qualité accessible à tous.

=> Nous actons un souhait commun de lancer une initiative locale de SSA.

Soutien et accompagnement par Noé Guiraud, économiste et membre de l’association Les Greniers d’Abondance et ayant lui-même des expériences (la plateforme paysanne locale à Marseille ; le marché de proximité à Québec).

Rencontre de Dominique Paturel et Eric Gautier aux rencontres PEPS août 2021 à Vesc.
Formation « Alimentation, solidarités, territoires : co-construire localement » avec Pauline Scherer et l’Escargot Migrateur, en septembre 2021.

Perspectives envisagées

Marché du lavoir : Envie d’y associer d’autres productions petit à petit, définir une charte du marché (prémices du conventionnement), permettre aux clients/habitants de s’approprier le marché (tenue de la caisse tournante, animation, décision collective de ce qu’on fait de l’argent qu’il y a dans le coffre, définition collective de la charte, etc.)

Enjeu : Dépasser le cercle culturel des clients du marché : poursuite des enquêtes de co-conscientisation, rencontre des acteurs du social, etc. Peut être que cela débouchera sur d’autres actions car le marché ne peut pas répondre à tous les besoins.

Créer une association/coopérative de préfiguration d’une caisse locale de SSA, pour réunir habitants, producteurs, collectivité.

Le territoire pose sa candidature pour Territoire Zero Chômeur de Longue Durée (TZCLD) : nous allons creuser la possibilité de faire des liens entre les deux initiatives. Notamment dans le champ de la production, cuisine et distribution d’une alimentation locale de qualité à des prix accessibles à travers la création d’emplois supplémentaires par l’Entreprise à But d’Emploi.

S’inspirer des autres initiatives SSA pour nourrir notre réflexion et nos expérimentations.

Lien à définir avec le PAT émergent de l’intercommunalité.

A propos de la structure porteuse

Groupe de travail constitué d’un maraîcher (membre de la Conf’26), d’élu·es de la mairie de Dieulefit, du CCAS et de l’interco, d’un chercheur (Les Greniers d’Abondance), d’acteurs locaux de l’alimentation (magasin bio et magasin de producteur), de membres d’associations (Villages en transition, Amis de la terre 26), de citoyen·nes et de candidat.es à l’installation.