Collectif Acclimat’action: pour réfléchir et expérimenter dans les quartiers populaires

Initiative locale vers une SSA
  • Structure porteuse : Vrac Bordeaux, les râteleurs, supercoop, capsciences, CeDS, Du vert dans les rouages, e-graine, L'estey, Moisa et MIAM - acteurs issus de l’éducation populaire, de l’économie sociale et solidaire, du travail social ou de la recherche scientifique
  • Territoire d’expérimentation : Bordeaux métropole et pays foyen
  • Partenaires :

    Ce projet est soutenu par l’ADEME, la Région Nouvelle Aquitaine, la Fondation Carasso, la Fondation Européenne pour le Climat, Bordeaux Métropole, le Conseil Départemental de Gironde et la Ville de Bordeaux.

  • Adresse : Avenue André Reinson, 33300 Bordeaux, France Nouvelle-Aquitaine

Description des activités

Le collectif agit à deux niveaux :

  • La sensibilisation à l’évolution des pratiques alimentaires sous l’angle de l’accessibilité et du changement climatique.
    Par l’expérimentation de 3 types de sensibilisation par le jeu et la vulgarisation scientifique, par la pratique et les façons de cuisiner et par la communication.
  • L’amélioration des conditions d’accès à une alimentation durable et de qualité afin de s’adapter au changement climatique dans un esprit de justice.
    En construisant et expérimentant des formes plus poussées de démocratie alimentaire locale. Par exemple des nouveaux lieux dédiées à l’alimentation, partenariats mangeurs/producteurs, propositions de politiques publiques et interpellation des décideurs.

Les animations créées par le collectif allient une approche individuelle afin que les participant·e·s puissent se projeter dans les changements qu’ils·elles peuvent opérer à leur échelle, tout en abordant une dimension plus globale. David explique ainsi que les « causes structurelles des problèmes d’alimentation » sont évoquées, notamment « les conditions de production agricole et les politiques publiques ».

Cette prise de hauteur se traduit chez les personnes par un « mélange d’indignation et d’envie d’agir »

David fimat – coordinateur du collectif

Historique du projet

Pour structurer la réflexion et construire des réponses, deux dynamiques collectives, initiées par VRAC Bordeaux sur la métropole bordelaise et par Saluterre sur le pays Foyen se sont rejointes début 2020.

Les membres du collectif Acclimat’action agissent depuis plusieurs années dans les quartiers populaires pour faciliter l’accès de toutes et tous à une alimentation durable et de qualité (groupements d’achats à prix coûtant, bistrot solidaire, supermarché coopératif, cuisine de rue…).

Ils y ont constaté une dégradation des conditions socioéconomiques des habitant.e.s en parallèle de celles de la situation écologique.
Peu avant que la crise sanitaire ne vienne appuyer ces constats, le collectif s’est refusé de choisir entre l’urgence sociale et l’urgence climatique et s’est donc posé les questions suivantes : comment, au-delà de ses activités, « faire plus » pour la transition alimentaire dans un contexte d’urgence sociale ? Quel accompagnement proposer aux habitant·e·s dans les quartiers populaires dans la perspective d’une alimentation accessible qui réponde aux enjeux climatiques ?

Perspectives envisagées

Le collectif travaille également à la reproductibilité du programme en accompagnant les habitant·e·s et acteurs qui se sont manifestés pour animer les jeux. Ensuite, les outils d’animation seront adaptés en fonction des résultats et proposés à d’autres structures souhaitant s’impliquer sur cette thématique.

Un bilan collectif aura lieu début 2022, réunissant toutes celles et ceux ayant participé au parcours Acclim’à table ainsi qu’à la sensibilisation par la cuisine de rue et par la communication. Cette prochaine étape permettra au collectif Acclimat’action de se projeter sur l’expérimentation d’un parcours d’engagement « vers une démocratie alimentaire ». « L’objectif de ce parcours prévu pour 2022 sera ici d’élaborer des propositions aux politiques publiques locales pour concilier accès à l’alimentation et urgence climatique » conclut David Fimat.

A propos de la structure porteuse

VRAC défend l’accès à une alimentation de qualité pour les personnes au revenu modeste, autant que le soutien au monde paysan, également malmené par le système agricole dominant.